ARTICLES - Guerre de Sécession américaine (1861-1865)

Abraham Lincoln (1809-1865)

Histoire de la médecine

Histoire de la médecine


Biographie
Livres
Articles
Collection
Annonce événements
Décorations
vidéoconférences
Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire

Abraham Lincoln (1809-1865) et ses dents

par
Xavier Riaud

 

Abraham Lincoln a été le 16ème président des Etats-Unis, le vainqueur de la Guerre de Sécession, mais aussi le 1er président assassiné. Quatre visites chez le dentiste sont connues. L’une d’elles est mentionnée dans une lettre à Mary Speed, une amie de sa sœur, le 27 septembre 1841. « Te souviens-tu de ma venue dans cette ville pour me faire enlever une dent et du ratage derrière ? Cette dent m’a fait souffrir à nouveau tellement qu’il y a une semaine, j’ai dû me la faire enlever, ce qui m’a coûté un morceau du maxillaire qui est venu avec. Ma bouche est si douloureuse que je ne peux ni parler, ni manger. Je ne subsiste que dans le souvenir des saveurs, ce qui est insuffisant sur le plan alimentaire. » Il a fallu 2 consultations pour extraire cette dent. Lincoln séjourne alors à Louisville dans le Kentucky. Il en conçoit une vraie appréhension pour les dentistes. En 1856, alors à Milton Station (Humbolt) dans l’Illinois, il s’arrête au cabinet dentaire du Dr Wesley Wampler qui lui enlève une dent. En 1862, souffrant d’une rage de dent, il consulte le Dr G. Wolf qui a son cabinet proche de l’église où il se rend à Washington. Alors que le dentiste s’apprête à lui extraire une dent, Lincoln lui demande d’arrêter. Il sort une bouteille de chloroforme, l’inhale plusieurs fois et, endormi, donne le feu vert au praticien pour qu’il opère. L’extraction de la dent se fait sans douleur. Une lettre écrite par J. Littlefield à W. Herndon, le 11 décembre 1866, révèle que : « M. Lincoln, un soir de 1862 à la Maison blanche, a souffert à cause d’une dent qui venait d’être arrachée. En dépit de cette douleur qui l’a affligé, il bavardait avec humour avec, ça et là, un éclair de logique qui montrait qu’il a compris la situation. » Il y a eu d’autres visites chez des dentistes, mais aucune trace n’en subsiste. Il a pu consulter le Dr Josiah Crawford, médecin près de Gentryville, dans l’Indiana, qui réalisait des extractions chez ses patients. Le Dr A. French a admis avoir soigné des membres de la famille de Lincoln. Ses fiches ne signalent pas qu’il a jamais reçu le futur président à son cabinet. Il ne faisait des fiches que pour les patients qui ne le payaient pas.

Quant à son aspect physique, le rapport d’autopsie ne dit rien sur ses dents. Sur les 119 photos prises de Lincoln, aucune ne montre ses dents. Ne sourit-il pas parce qu’il a honte de les montrer ? Deux éléments affirment que non. Les photos sont prises à l’époque dans une posture qui n’autorise pas le sourire. Outre sa fonction présidentielle lourde de responsabilités, surtout en période de guerre, Lincoln souffre de dépression chronique. Il aurait eu une lèvre inférieure très grosse et une supérieure, fine. Cela traduirait-il des absences dentaires ? Il aurait eu aussi une bosse sur la joue droite. Bien établie à Washington en 1860, la dentisterie ne l’est pas dans l’Illinois ou l’Indiana. Il n’a donc pas été chez les dentistes souvent. Il aurait eu de bonnes dents. Il a grandi près de points d’eau dans l’Indiana et dans le Kentucky qui sont très riches en fluor (> 1 ppm). A propos de son hygiène dentaire, il a été vu achetant une brosse à dents en juin 1843 et une autre, le 18 mai 1853. En 1862, dans le New York Times, paraît une publicité pour un dentifrice approuvé par Mme Lincoln alors qu’elle est à la Maison blanche. Ce type de pratique était usuel.

Lincoln mange peu et sa nourriture ne comprend pas de sucres responsables des caries. Il mange sans frugalité. Il n’a pas d’attirance pour les desserts. Il ne fume pas et ne boit pas. Bref, son alimentation est dénuée d’aliments cariogènes.


Forum - Contact - Mentions légales