ARTICLES - histoire de l'odontologie médico-légale

Histoire ondontologie médico-légale - Histoire de la stomatologie - Histoire de la Chirurgie maxillo-faciale

Histoire de la médecine

Histoire de la médecine


Biographie
Livres
Articles
Collection
Annonce événements
Décorations
vidéoconférences
Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire

Identification médico-légale de Napoléon IV (1879)

 

par
Xavier Riaud


Le 1er juin 1879, la patrouille du fils de Napoléon III tombe dans une embuscade des Zoulous. Louis-Eugène Napoléon (1856-1879) y trouve la mort, sa vieille selle l’ayant trahi. Le cadavre de Napoléon IV, ayant été percé de 17 coups de sagaies, tous reçus de face, est méconnaissable 1. Il est retrouvé entièrement nu, les zoulous l’ayant dépouillé. Les autorités britanniques jugent indispensable de faire appel à quelqu’un susceptible d’identifier la dépouille du jeune prince. La description du cadavre a été faite par le docteur Scott, puis par le baron Larrey, ancien chirurgien ordinaire de l’Empereur Napoléon III, fils de l’illustre chirurgien de Napoléon Ier, qui à Chislehurst, assiste le 11 juillet 1879 à l’ouverture du cercueil 2. Pour le procès-verbal de l’examen du corps, le docteur baron Corvisart, fils de celui qui a été qualifié de « médecin préféré » par Napoléon Ier, s’est joint à Larrey. Parmi les 17 blessures, l’une, de moindre gravité, est apparente à la lèvre supérieure, du coté droit, laquelle est fendue. Cette blessure intéresse une des dents qui a éclaté. Aussitôt, il est procédé à l’examen du système dentaire. C’est Thomas Wiltburger Evans, dentiste américain de la famille impériale, qui s’en charge 3. Auparavant, dans un souci de confirmation d’identification, celui-ci avait présenté un schéma des dents du prince qu’il avait « aurifiées », c. à d. où il avait mis des plombages en or. Et, ces obturations spécifiques ont été bien observées, même si d’autres dentistes sont intervenus après l’Américain 4.




1 Cf. Frèrejean Alain, « Napoléon IV tombe sous les coups de sagaies des Zoulous », in Historia, 1997 ; 610 : 77.

2 Cf. Lamendin Henri, Praticiens de l’Art dentaire du XIVème au XXème siècle, L’Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2006, p. 59.

3 Cf. Deranian Martin H., « Thomas W. Evans: Pennsylvania’s dentist to Europe’s royalty », in J. Hist. Dent., Spring 2006; 54 (1): 17-23.

4 Cf. Riaud Xavier, Les dentistes, détectives de l’Histoire, L’Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2007, pp. 97-102.


Forum - Contact - Mentions légales