ARTICLES - histoire de l'odontologie médico-légale

Histoire ondontologie médico-légale - Histoire de la stomatologie - Histoire de la Chirurgie maxillo-faciale

Histoire de la médecine

Histoire de la médecine


Biographie
Livres
Articles
Collection
Annonce événements
Décorations
vidéoconférences
Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire

Dr Oscar Amoëdo y Valdes (1863-1945),
père fondateur de l'odontologie médico-légale

 

par
Xavier Riaud


Oscar Amoëdo y Valdes naît à Mantazas, village proche de La Havane à Cuba, le 10 novembre 1863. Dès l’adolescence, il s’initie à la pratique dentaire dans le cabinet de Ricardo Gordon, chirurgien-dentiste local. Ce dernier aurait poussé le jeune homme à poursuivre sa formation à l’Académie centrale des dentistes du Dr Florencio Cancio Zamora à La Havane. Il en sort diplômé avec la plus haute mention. L’étudiant sollicite le recteur de l’université de la capitale cubaine en octobre 1884 afin de passer le diplôme de chirurgien-dentiste qu’il obtient à 21 ans. Curieux de tout, Oscar décide d’intégrer le New York Dental College aux Etats-Unis, d’où il sort diplômé en 1888. Il retourne à Cuba et exerce en cabinet libéral jusqu’en 1889, et l’annonce du premier congrès dentaire de Paris. A la suite de ce colloque où il est ovationné, il s’installe à Paris et s’inscrit à la Faculté de médecine. En 1897, il est appelé pour identifier à partir des dents un corps supposé être celui de Louis XVII. Après examen, il conclut sans nul doute possible qu’il ne s’agit pas du défunt fils du roi décapité.

Le 4 mai 1897, 124 personnes décèdent dans l’incendie du Bazar de la Charité, suite à une mauvaise manipulation de produits inflammables participant au bon fonctionnement du cinématographe. Parmi elles, Sophie-Charlotte (1847-1897), duchesse d’Alençon et sœur de Sissi, l’Impératrice d’Autriche. Son corps est un des plus carbonisés. Le lendemain, vers midi, une trentaine de corps n’ont pas encore été identifiés. Le consul du Paraguay a alors l’idée de solliciter les dentistes des victimes. Trois dentistes sont alors convoqués : le Dr Charles Godon, le Dr Isaac Davenport et le professeur Ducourneau, enseignant à l’Ecole odontotechnique de Paris. Le Dr Isaac Davenport, dentiste de Sophie-Charlotte, arrive avec sa fiche dentaire où sont notées ses 17 consultations échelonnées sur deux années, la dernière ayant eu lieu le 15 décembre 1897. Il identifie son corps et son procès-verbal est avalisé par la justice. C’est une première en France. A la fin, cinq cadavres ne sont pas reconnus. Le travail de ces praticiens est relaté par le Dr Oscar Amoëdo y Valdes au 12ème congrès international de Moscou dans une présentation intitulée « La mission des dentistes dans l’identification des cadavres de la catastrophe du Bazar de la Charité ».

Le 7 juillet 1898, à 35 ans, Oscar soutient sa thèse de médecine L’art dentaire en médecine légale et obtient le titre de docteur en médecine. Le professeur Brouardel, auteur de la fameuse loi de 1892 qui confère un vrai statut au chirurgien-dentiste tel que nous l’entendons aujourd’hui et président du jury de thèse, dit alors du travail du candidat : « Ce n’est pas une thèse, mais un traité d’odontologie. Il a comblé de grandes lacunes qui existaient quant à l’identification médico-légale. »

Les expériences de ses confrères sur le terrain et son propre savoir lui permettent de soutenir sa thèse avec succès. Ce travail de 608 pages est publié aux Editions Masson & Cie. Ce livre est reconnu par l’ensemble de la profession dentaire comme la référence en la matière. L’identification dentaire, inexistante jusqu’alors, est née. Dans ce manuscrit, un grand nombre de pages est consacré aux techniques d’identification, aux morsures, à l’usure des dents et aux dents après la mort. Pour le compléter, l’auteur commente la jurisprudence dentaire. 52 observations consacrées à l’identification concluent cette étude. D’ailleurs, le 4 août 1899, il présente avec force conviction devant la Société dentaire américaine d’Europe, une communication fondamentale et cruciale avec pour thème « L’identification des cadavres par le dentiste expert ».

A côté de ses études, il pratique à l’Ecole odontotechnique de Paris. Il est successivement nommé moniteur, professeur suppléant, et enfin, professeur titulaire. Il y enseigne bénévolement pendant 15 ans. Pour vivre, Amoëdo installe son propre cabinet dentaire. Bien que le démarrage soit timide, il peut très vite déménager et emménager au 15, avenue de l’Opéra qu’il ne quitte plus.

Il a rédigé plus de 120 articles aussi divers que variés sur tous les aspects techniques de la dentisterie. Membre de 14 sociétés savantes médicales, il participe à 57 congrès professionnels.

Le 24 juillet 1900, alors qu’il subit la vindicte confraternelle et sa jalousie, le ministre de l’Instruction publique signe un décret à la demande de l’Ecole dentaire de Paris, stipulant qu’Amoëdo peut continuer à exercer malgré son statut d’étranger. Le 26 janvier 1902, il est élu académicien à l’unanimité. De Paris, le Cubain contribue à la révolution libératrice de son pays natal. Sa plus grande fierté est d’avoir été nommé président de la Société odontologique de France. Son discours d’intronisation y exalte son amour de la profession dentaire.

Pendant la Première Guerre mondiale, il est l’un des premiers à s’engager dans la Croix-Rouge en qualité de médecin dentiste et se tient à la disposition des autorités où les besoins se font le plus sentir. Le 5 août 1914, est créé un comité de secours aux blessés des maxillaires et de la face, comité de dentistes civils destiné à recueillir des fonds pour aménager des infrastructures de soins pour ces grands blessés. Oscar y adhère aussitôt. Figure reconnue de la profession, il apparaît d’ailleurs en tête de la liste en question. Au cours de ce conflit, Amoëdo y Valdes obtient le grade de capitaine pour son dévouement. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur et la médaille commémorative de la Grande Guerre lui est décernée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il est fait prisonnier par les Allemands et est interné dans un camp. Oscar Amoëdo y Valdes meurt à Toulouse, le 27 septembre 1945. Il a 82 ans.

Grâce aux travaux d’Amoëdo y Valdes sur la dentisterie médico-légale, un renforcement du rôle du dentiste expert, qui est davantage consulté dans le cadre de procédures judiciaires, est perceptible tout au long du XXe siècle.




 


Forum - Contact - Mentions légales