ARTICLES - Guerre de Sécession américaine (1861-1865)

Le cancer d'Ulysses S. Grant

Histoire de la médecine

Histoire de la médecine


Biographie
Livres
Articles
Collection
Annonce événements
Décorations
vidéoconférences
Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire

Le cancer d'Ulysses S. Grant, le général de l'Armée de l'Union victorieuse

 

par
Xavier Riaud

A l’heure où le Conseil National de l’Ordre des Chirurgiens-Dentistes engage une campagne de prévention concernant les carcinomes buccaux (= cancers de la bouche). Souvenons-nous un instant…
Ulysses S. Grant (1822-1885), 18ème président des Etats-Unis d’Amérique, meurt le 23 juillet 1885, d’un carcinome de la langue et des amygdales avec extension de la tumeur au pharynx et au larynx. Le 8 novembre 1884, souffrant du côté droit de la tête et du visage, Grant consulte le Dr Frank Abbott sur la recommandation de son médecin personnel. Le dentiste diagnostique un abcès à l’apex de la racine antérieure de la première molaire droite au maxillaire. Aussitôt, il l’enlève et le président est immédiatement soulagé. Le 14 novembre, venu pour un examen de contrôle, Abbott décide d’enlever la seconde et la troisième molaires du même côté qui sont très entartrées, pensant aussi qu’elles contribuent au développement de la lésion cancéreuse de la langue et de la gorge, objectivée 5 mois plus tôt, en juin 1884. Il n’a pas fallu d’ailleurs attendre l’automne 1884 afin de voir Grant consulter le Dr John H. Douglas, un spécialiste de la gorge hautement respecté, pour une induration de la langue. Ce dernier estime alors que le cas n’est pas désespéré. Pourtant, le médecin ne veut pas d’une opération chirurgicale. Il demande au président d’arrêter de fumer et d’appliquer un astringent, et une solution antiseptique pour débrider les tissus malades, ainsi qu’une solution de nitrate d’argent, une poudre iodoforme, et de l’hydrogène peroxydé de façon topique sur la lésion linguale. Très vite, cette atteinte évolue en épithélioma de la langue. Grant a beaucoup souffert avant de mourir. Le dentiste Frank Abbott, quant à lui, a affirmé qu’une molaire brisée avait causé l’irritation à la base de sa langue. Aggravée par son tabagisme important qu'il n'a jamais cessé, cette atteinte s’est transformée en lésion cancéreuse qui a atteint le pharynx et les glandes lymphatiques. Quand Grant est enfin venu en consultation, il était déjà trop tard (Hyson, Whitehorne & Greenwood, 1998). A la fin de sa vie, il a aussi été soigné par un dentiste sudiste, le Dr Henry Parr (1843-1932) (Hyson & Swanson, 1996).


Références bibliographiques:

Hyson John Jr & Swanson Ben, « Portrait of a Confederate Secret Agent: Henry A. Parr, D. D. S. », in J. Hist. Dent., 1996 Jul; 44(2): 53-60.

Hyson John, Whitehorne Joseph & Greenwood John, A History of Dentistry in the U. S. Army to World War II, Office of the Surgeon General, Borden Institute, United States Army, Washington D. C., 2008.

Riaud Xavier, Histoires de la médecine bucco-dentaire, L’Harmattan (éd.), Collection Médecine à travers les siècles, Paris, 2010


Forum - Contact - Mentions légales