ARTICLES - histoire de la médecine

Anecdotes

Histoire de la médecine

Histoire de la médecine


Biographie
Livres
Articles
Collection
Annonce événements
Décorations
vidéoconférences
Prix Georges Villain d'histoire de l'art dentaire

Anecdotes dentaires présidentielles et politiques

Par
Xavier Riaud

Alors que nous votons ce dimanche, il me semble bon de rappeler quelques faits historiques.


Adolphe Thiers (1797-1877), premier président de la IIIème République de 1871 à 1873, a fait l’objet de nombreuses caricatures, dont une, satirique, le représente en dentiste, avec un davier à la main, accompagné de la mention : « Messieurs et dames, nous allons extirper successivement à cette honorable dame (la France), qui a bien voulu nous honorer de sa confiance, toutes les molaires… le tout sans douleur… Allez la musique ! »

Sadi Carnot (1837-1894) est élu président de la IIIème République en 1887. Il est assassiné à Lyon, par un anarchiste italien alors qu’il se rend à une exposition. Ce voyage a dû être retardé. Son ministre des Travaux publics qui devait l’accompagner a souffert d’un abcès dentaire. Que se serait-il passé si le voyage s’était déroulé normalement ?

Georges Clemenceau (1841-1929), président du Conseil de 1906 à 1909 et de 1917 à 1920, surnommé « Père la Victoire » de la Grande Guerre, a pour dentiste, le Dr. Arthur Hugenschmidt (1862-1929), qui serait le fils de Napoléon III et de la comtesse de Castiglione dont la liaison est avérée en 1856/1857. Arthur est élevé avec le Prince impérial. A la débâcle de 1870, Napoléon III le confie à son praticien, le Dr. Thomas W. Evans, qui le forme naturellement à la dentisterie. Étudiant en médecine à la faculté de Paris et à l'université de Pennsylvanie, qui lui attribue un prix pour ses recherches en odontologie et en stomatologie, Arthur Hugenschmidt soutient sa thèse de doctorat en 1887. Continuant ses recherches à l'Institut Pasteur de 1894 à 1896, il devient aussi docteur de l'université de Pennsylvanie. Associé au Dr. Evans, il reprend son cabinet en 1897. Il est fait officier de la Légion d’honneur en 1924.

En 1918, la guerre est terminée. Lors d’une consultation, alors qu’il s’apprête à enlever une dent à Clemenceau, le dentiste, alsacien d’origine, s’enquiert du retour de l’Alsace-Lorraine dans le territoire français. En pleines négociations du Traité de Versailles, le « Tigre » se heurte aux Anglais qui considèrent que cette région est une contrée allemande et que la France n’a aucun droit dessus. Hugenschmidt se rappelle alors que l’impératrice Eugénie, avec qui il entretient légitimement une correspondance, dispose d’une lettre du roi de Prusse Guillaume Ier (des auteurs parlent de Bismarck), datée du 26 octobre 1870, dans laquelle ce dernier reconnaît vouloir posséder l’Alsace-Lorraine à des fins stratégiques et que cette région est avant tout une propriété française. Clemenceau se laisse enlever sa dent, mais aussitôt après, écrit une lettre à l’impératrice Eugénie. Il ordonne au dentiste de se rendre en Angleterre pour récupérer le document. Hugenschmidt s’exécute et ramène la fameuse lettre. Avec celle-ci, Clemenceau obtient gain de cause. Le Traité de Versailles est signé le 28 juin 1919 et l’Alsace-Lorraine est rendue à la France,… grâce à une dent de Clemenceau.

Paul Malassagne (1918-2007) est dentiste avant la Seconde Guerre mondiale. Résistant pendant, il cesse son activité après et se consacre à la politique. Il est élu au Sénat de 1971 à 1989, où il pose 176 questions au cours de ses 2 mandats. En 1976, il est le secrétaire du bureau du Sénat.

Plus récemment, Ségolène Royale, candidate malheureuse aux présidentielles de 2007, a consulté, dans le cadre d’une opération de « relooking », avant de se déclarer, un éminent professeur de Paris, pour réhabiliter sa bouche à des fins de communications.


Dr. Arthur Hugenschmidt - Histoire de la médecine par Xavier Riaud
Dr. Arthur Hugenschmidt.



Forum - Contact - Mentions légales